Poster un commentaire

Eux… (1ère partie)

Salut à vous Acrimonieuses et Acrimonieux!

J’ai été un chouïa absent au poste ces derniers jours, mais que voulez-vous, JO obligent… J’ai donc passé la plus grande fraction des 24 heures composant une journée assis sur mon canapé à regarder les athlètes, à tel point que mon postérieur en est encore endolori. Soit. Ce spectacle est terminé et je peux continuer à vous distraire et à égayer les derniers jours de vos mornes vacances (ou de votre début de rentrée si vous êtes un forçat du travail).

La cible du jour n’en est pas vraiment une. Je ne sais pas pourquoi je vous parle d’eux. Je n’ai pas d’histoire particulière en rapport avec eux, encore moins de rapport familial ou d’amitié. Ces êtres, que certains qualifieront hâtivement de marginaux décérébrés, sont étranges. Incompris, peut-être; je ne me risquerai pas jusque là… Qui sont-ils? Eux sont désignés par les termes « barlos » ou « barakis ».

Leur moyen de locomotion de tous les jours.

Je ne veux pas me moquer d’eux. Non, au fond je les aime  bien ces gens. Tout en écrivant cet article, une vague fragrance de « Qui bene amat, bene castigat » flotte dans l’air…

Suivons ensemble le quotidien d’une famille lambda : la famille Broin-lez-louyasses, habitant la très agréable bourgade de Fayt-lez-manage (Où? dans le comté de Toernuch, bande d’incultes). Le papa Broin-lez-louyasses exerce ce qui est selon lui le plus beau métier du monde : je parle bien évidemment de remplaceur de pare brise au ‘rglasse de la rue meurciaux. « Et un pourboire ça réchauffe toujours la gueule hein, ‘tit saligaud de gamin! » dit il souvent lorsqu’il apostrophe ses clients.

Monsieur Broin-lez-louyasses vit une romance depuis maintenant plus de 16 ans. Il est marié à Mme Brandina Hubertol (de son nom de jeune fille). Le jour des noces fut mémorable. Après être passés devant le maire (qui, soit dit en passant, est le fruit de l’union entre le frère et la soeur Gourbiche), les tourtereaux se hâtèrent de célébrer le glorieux hyménée.

La belle histoire fut ponctuée de deux beaux évènements:  les naissances de deux bambins. Les parents Broin-lez-louyasses étant cinéphiles convaincus, ils décidèrent d’attribuer à leurs enfant (un mâle et une femelle), les noms de stars historiques des salles obscures: Clitis et Merlène. Vous ne reconnaissez pas les idoles honorées? Il s’agit bien évidemment de Clitis Woude et de Merlène Monnerot. Bien sûr.

Ce petit ménage menait tranquillement son petit bout de vie dans sa petite maison quand, un beau jour…

—FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE—

L’Acrimonieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :