Poster un commentaire

La télé et son contenu.

Disciples acrimonieux,

Après la parenthèse rêveuse post-romantico-baroque de mon précédent article, je revêt à nouveau le costume de méchant que j’adore. La cible de cette belle journée: la boite à images. Cessez vos cris de puceau effarouché.

A consommer avec modération.

Bon. On va commence l’offensive en dézinguant la télé-réalité. Je commencerai par citer les paroles d’une candidate. « Je dirais que ça fait du bien de lui reparler normalement sans que y’a des tensions et sans qu’il fasse la g**** et qu’il pense tout des choses n’importe comment quoi donc euh… Il m’a mis au point, ‘fin, j’ai mis au point ce que je pensais et je lui ai dit que fallait pas qu’il se croive que si je l’ai nominé c’était que je voulais qu »il dégage au contraire, que je voulais vraiment justement que c’est lui qui rerentre dans la maison vendredi et que, bah, je voulais que c’est Jonathan qui partait. » (SIC exposant 29 !)

Voilà. Je crois que tout a été dit. Mais comme je n’aime pas laisser un ennemi à terre agoniser, je vais abréger les souffrances.

Vous serez sûrement du même avis que moi: inutile de commenter ces paroles. Notez toutefois que ce discours m’évoque avec une insistance très forte le vibrant discours prononcé il y a de cela 7 ans par mon petit frère, dans la cuisine, sur sa chaise haute, entre la panade à la banane et le riz au lait.

Je le dit: ce type de programme relève du crime. On assassine sans vergogne la dignité humaine, l’amour-propre (et la langue française) devant les yeux avides de pubères en manque de destruction des moeurs. Une version mise à jour de l’atrocité jubilatoire et enivrante des ‘circenses’ de la Rome Antique… Telle une horde de chiens vociférant, le public en transe jubile à voir ces « pauvres » candidats.

Parlons des candidats. Tous plus crétins les uns que les autres. Et l’enchainement des saisons, année après année, n’améliore pas les choses, loin de là. Les producteurs de cette émission ont le talent incontestable de trouver à chaque fois des cons encore plus cons que les cons d’avant. A croire que le stock d’imbéciles est inépuisable en ce bas monde. Ou alors, ils ont des viviers à cons pour préparer les futurs candidats.

Bref, dans l’histoire, tout le monde est coupable: les producteurs, les candidats, le public. Tout le monde.

Moi je vous laisse, je vais sur ARTE goûter aux joies des consonnes gutturales germaniques.

L’Acrimonieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :